Mon client, monsieur Jean-François Matte, m’a autorisé à divulguer son nom et ses résultats de tests. Je tenais à vous les présenter, car ceux-ci sont assez spectaculaires de mon point de vue.

Jean-François a donc entrepris un programme de coaching de 6 mois en ma compagnie. Son objectif était donc d’améliorer son endurance afin de réaliser un meilleur temps au marathon et pousser ensuite vers l’ultra-endurance.

Si vous n’êtes pas habitué avec les termes qui suivront, je vous invite à visionner la vidéo que j’ai produite à ce sujet.

Avant d’entrer dans l’analyse des données, je vous fournis ma définition de l’endurance. Celle-ci amène selon moi une vision très différente de ce terme.

L’endurance est la capacité de maintenir la plus grande vitesse possible tout en brûlant des lipides comme principale source d’énergie.

Nous avons donc effectué un premier test de VO2max sur tapis roulant le 15 novembre 2018. Voici donc les résultats.

Données anthropométriques

Âge : 41 ans.

Taille : 183 cm.

Poids : 81,4 kg.

Pourcentage de gras : 8,4.

Masse grasse : 6,8 kg.

Masse maigre : 74,5 kg.

Cinétique de consommation d’oxygène

  • Zone 1 (aérobie-endurance) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 34,1; fréquence cardiaque de 157 bpm; vitesse de 9,2 km/h.
  • Zone 2 (Seuil d’échange gazeux) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 35,7; fréquence cardiaque de 158; vitesse de 9,4 km/h.
  • Zone 3 (MLSS) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 48,5; fréquence cardiaque de 185 bpm ; vitesse de 13, 4 km/h.
  • Zone 4 (VO2max) : VO2max (en mlO2/kg/min) de 56,4; fréquence cardiaque de 191 bpm ; vitesse de 13,9 km/h avec une pente de 3%.

La stratégie d’entraînement a reposé sur trois (3) éléments principaux :

  1. Nutrition sportive avancée.
  2. Amélioration de la biomécanique de la course afin de réduire la dépense énergétique.
  3. Entraînement de huit semaines, ciblant la zone de fréquences cardiaques aux alentours du seuil d’échange gazeux (aucune séance d’entraînement par intervalle).

Huit (8) semaines plus tard, la phase 1 du programme d’entraînement prenait fin et un nouveau test de VO2max comparatif était réalisé.

Données anthropométriques

Poids : 83,1 kg

Pourcentage de gras : 6,8.

Masse grasse : 5,6 kg. Soit une diminution de 1,2 kg de la masse grasse.

Masse maigre : 77,5 kg. Soit une augmentation de 3 kg de la masse maigre.

Cinétique de consommation d’oxygène

  • Zone 1 (aérobie) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 41,5; fréquence cardiaque de 165 bpm; vitesse de 11,3 km/h.
  • Zone 2 (Seuil d’échange gazeux) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 42; fréquence cardiaque de 166; vitesse de 11,5 km/h.
  • Zone 3 (MLSS) : VO2 (en mlO2/kg/min) à 48,5; fréquence cardiaque de 175 bpm ; vitesse de 13, 4 km/h avec une pente de 1%.
  • Zone 4 (VO2max) : VO2max (en mlO2/kg/min) de 56,6; fréquence cardiaque de 179 bpm ; vitesse de 13,9 km/h avec une pente de 4%.

Comparaison des résultats après huit (8) semaines d’entraînement.

Au niveau anthropométrique, son pourcentage de gras a diminué. Puisque sa masse maigre a augmenté, cela indiquait une nutrition parfaite. (Une baisse de la masse maigre indique une carence alimentaire et laisse entrevoir du surentraînement).

La zone 1, qui est celle où la source d’énergie utilisée repose principalement sur les lipides, est passée d’un VO2 de 34, 1 à 41,5 soit une amélioration de 22%. Pour sa part, la fréquence cardiaque a été repoussée de 157 à 165 bpm. Et finalement, la vitesse a été propulsée de 9,2 à 11,3 km/h, soit une progression de 23%.

Je n’entre pas dans l’explication des résultats des autres zones, car comme vous le constatez, il sont demeurés similaires.

Je veux cependant vous faire remarquer que si mon client ne se fiait qu’à son résultat de VO2max, il conclurait que son entraînement a été un échec, puisqu’il n’y a eu aucune amélioration de ce paramètre.

Cependant, le type exhaustif d’analyse réalisé auprès de Jean-François démontre que son endurance a progressé globalement de 22%. Il court donc nettement plus vite tout utilisant la source d’énergie la plus abondante du corps humain, les lipides. Il court donc à une plus grande vitesse, sans se fatiguer.

Le prochain test de VO2max est prévu pour le 25 mars 2019. Je vous ferai alors un compte-rendu de son évolution.

À ce moment-ci, Jean-François entre dans la phase 2 de son programme d’entraînement. Sa biomécanique de course est optimale, tout comme sa nutrition. Le volume d’entraînement s’avère nettement plus important que lors de la phase 1. De mon côté, je dois demeurer attentif aux signaux annonciateurs de surentraînement et ajuster le programme en conséquence si nécessaire.

Suggestions qui pourraient vous intéresser

Nutrition avancée pour faire exploser votre endurance

Formation en précommande. Obtenez 50% de rabais d’ici le 15 février 2019 en utilisant le code promotionnel : Endurance.