Bien des gens pensent que la cinquantaine annonce la fin de leur vie. Si vous êtes sédentaire et obèse, c’est certain que vos chances de maintenir une qualité de vie optimale s’avèrent considérablement réduites.

Alors, quand j’observe mon entourage, je remarque les pépères bedonnants et les madames bedonnantes (après la ménopause, les changements hormonaux font que les femmes accumulent plus de gras abdominal). Quel drame silencieux.

Sachant très bien que l’obésité est la conséquence de nos pensées et de nos comportements, je suis toujours étonné de constater qu’une personne en arrive à choisir et maintenir un style de vie qui détruit sa santé.

En fait, je mens partiellement. Je ne suis pas si étonné. Je sais très bien que les gens préfèrent rester sédentaires et se donner toutes les excuses possibles pour boire de l’alcool et manger à volonté. Même s’ils massacrent leur santé.

Puis, il y a les personnes qui font un autre choix de vie. Pour ma part, je m’entraîne avec mon père (âgé de 84 ans au moment où j’écris) depuis les 35 dernières années. Nous allons en salle d’entraînement ensemble trois fois par semaine. Notre routine : 15 minutes de cardio léger et une heure de musculation. Je varie le programme à chaque entraînement. Mais, chose importante à retenir, nous ne versons pas une seule goutte de sueur. L’épuisement est interdit.

Oui, pendant que trop de personnes de son âge dépérissent physiquement et mentalement, attendant la mort, lui il s’entraîne. L’été il tond son gazon, l’hiver il passe la souffleuse à neige et le reste du temps il marche bien droit sans claudiquer. Il vit toujours avec ma mère dans leur maison de banlieue.

Bien sûr, lorsque je m’entraîne avec lui, j’emploie des techniques d’entraînement totalement inconnues du commun des mortels. En fait, pour la majorité, s’entraîner en salle signifie faire un mouvement quelconque en comptant des répétitions.

Pour moi, l’entraînement musculaire va nettement plus loin. Il s’agit d’une combinaison fascinante entre : l’attitude mentale, la coordination, l’architecture musculaire, le rythme de contraction musculaire et la charge adéquate. Ainsi, nous atteignons un développement musculaire optimal, sans… verser une seule goutte de sueur.

Malheureusement, ce type d’entraînement ne s’adresse pas à tous. Il faut posséder une mentalité totalement différente. De nos jours, les gens arrivent en salle dans l’espoir de terminer au plus vite leur entraînement. Ils ne visent qu’à dépenser le plus de calories possible et ne font que compter des répétitions. Ainsi, 90 % de l’efficacité de l’entraînement est laissé de côté.

Alors, ne serait-ce pas merveilleux pour vous d’être encore en pleine forme, en pleine possession de vos moyens et autonome passé l’âge de 80 ans ? Bien sûr que ce le serait. Mais dans notre monde moderne, qui veut réellement faire ce qu’il faut pour maintenir une telle qualité de vie aussi longtemps ? Vous ?

Suggestion qui pourrait vous intéresser

Partagez

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>