Mon corps et cette éternelle insatisfaction

« Denis, comment puis-je devenir plus musclé et découpé ?

– Je te suggère au départ de perdre du poids.
– Mais je veux être musclé et découpé.
– Tu as 15 kg en trop, ce n’est pas pour demain…
– Mais je suis prêt à faire les efforts et m’entraîner à fond. »

Vous avez déjà entendu ce genre de discours, ou l’avez possiblement tenu vous-mêmes.

Sincèrement, connaissez-vous quelqu’un qui se sent bien dans son corps ? C’est plutôt rare n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, on ne veut pas seulement avoir un poids santé. On veut être musclé et découpé… Je n’ai rien contre, c’est simplement que parfois, ça frôle la « maladie mentale ».

« Denis, comment puis-je devenir plus musclé et découpé ? » Quand finalement je réponds à cette question, je sais très bien que presque personne ne veut rien entendre : « C’est 90 % en lien avec la nutrition et 10 % avec un entraînement régulier ».

Et là, j’entends un long silence, puis : « Mais Denis, je peux m’entraîner plus fort et mettre des charges plus lourdes tu sais…

– Bien sûr, mais pourquoi ne commences-tu pas par perdre ton premier kilo, et nous verrons ensuite si t’entraîner plus fort est vraiment nécessaire.
– Je peux le faire, Denis. Je peux m’entraîner plus fort.
– Commence par gérer ton alimentation, diminue ta consommation d’alcool, élimine les sucreries et évite de te goinfrer les weekends.
– Voyons Denis, tu ne peux pas me demander de faire tout ça. Il faut bien que j’aie un peu de plaisir dans la vie… »

Et nous y voilà, pour atteindre un tel objectif, un coût doit être payé. Il faut suivre une stratégie très précise et être extrêmement discipliné. Cependant, l’être humain est en général prêt à payer le coût qu’il estime devoir et être « capable » de payer. Il ne lui vient jamais à l’esprit que le coût réel s’avère totalement différent et bien plus exigent qu’il se l’imagine.

Dans l’exemple que je viens de vous donner, la personne est prête à payer le coût qu’elle imagine devoir payer : s’entraîner plus fort. Mais lorsque le coût réel lui est exposé : gérer son alimentation, alors elle nie la réalité et se conforte dans ses croyances. En raison de cette attitude, elle échouera, mais se rassurera en se disant qu’elle a tout donné à l’entraînement.

Cela révèle aussi d’autres aspects parfois troublants de la relation que nous avons avec notre corps.

  1. Nous pensons qu’être satisfait de notre corps repose sur le poids que nous obtenons sur la balance, alors qu’en réalité, être satisfait de notre corps est question de la perception que nous avons de celui-ci.
  2. Nous voulons toujours plus de résultats, confirmant ainsi que nous sommes toujours insatisfaits de nous-mêmes.
  3. Nous nous entraînons alors pour nous éloigner du sentiment négatif que nous avons à l’égard de notre corps, au lieu de nous entraîner pour l’apprécier.
  4. Nous nous épuiserons, et parfois nous torturerons à l’entraînement, pour obtenir des résultats rapides, parce que nous sommes si insatisfaits de notre corps.
  5. Dans ces conditions, jamais nous ne serons satisfaits de notre corps, car nous ne possédons qu’une idée vague de ce qui nous apportera cette satisfaction tant souhaitée. Cette idée est en lien avec un poids sur la balance et une apparence physique forgée sur la vision d’autres corps que nous estimons « parfaits ».
  6. Dans la plupart de cas, ces corps que nous estimons « parfaits » n’ont aucun rapport avec notre propre morphologie. Ainsi, il nous est impossible d’atteindre cet idéal et nous demeurerons insatisfaits de notre corps, même dans les meilleures conditions possible.
  7. Un corps « parfait » n’est qu’une apparence. Personne ne s’imagine que la plupart des personnes qui ont construit un tel corps ne sont pas plus heureuses ou satisfaites de leur corps que vous et moi.

Ainsi, pour atteindre ce que nous désirons, il existe un coût réel dont nous ne sommes pas conscients, ou ne voulons pas entendre parler. Finalement, ce même désir cache la relation véritable que nous entretenons avec notre corps.


Autres publications qui pourraient vous intéresser

>