Cameron Russell : L'apparence ne fait pas tout. Croyez-moi, je suis mannequin.

J'ai beaucoup aimé cette présentation de Cameron Russell. Je crois que les femmes qui ont de la difficulté à accepter leur corps en tireront une leçon bénéfique.

Cameron Russell admets qu'elle a gagné à la "loterie génétique" : elle est grande, jolie et travaille comme mannequin pour la lingerie. Mais ne la jugez pas sur son apparence. Dans ce sujet courageux, elle porte un regard ironique sur l'industrie qui l'a rendue très séduisante dès l'âge de 16 ans. (Filmé lors du TEDxMidAtlantic.)

Transcription

Bonjour, je m'appelle Cameron Russell, et ça fait un petit moment que je suis top modèle. Depuis 10 ans en fait. J'ai l'impression qu'un malaise dans cette salle en ce moment parce que je n'aurais pas dû porter cette robe. (Rires)

Heureusement j'ai prévu une tenue de rechange. C'est le premier changement de tenue sur la scène de TED, je pense donc que vous que vous avez de la chance d'y assister. S'il y a des femmes qui ont été vraiment choquées quand j'ai fait mon entrée, vous n'avez pas à me le dire là tout de suite, je le saurai de toute façon plus tard sur Twitter. (Rires) 

Je devrais aussi souligner que je suis plutôt privilégiée de pouvoir vous faire changer d'avis sur moi en à peine 10 secondes. Ce n'est pas donné à tout le monde. Ces talons aiguilles sont vraiment inconfortables, c'est vraiment une bonne chose que je n'aie pas à les porter. Le plus dur va être d'enfiler ce pull par la tête, parce que c'est là que vous allez tous vous moquer de moi, donc ne faites rien tant qu'il est sur ma tête. Ok. 

Donc pourquoi est-ce que j'ai fait ça ? C'était gênant. Eh bien, pas autant que cette photo, j'espère. Le pouvoir d'une image est grand, mais aussi superficiel. J'ai totalement changé la façon dont vous me voyez en seulement 6 secondes Et pour cette image, sachez que je n'avais jamais eu de petit ami dans le vie réelle. J'étais vraiment mal à l'aise, et le photographe ne cessait de me dire de me cambrer plus et de mettre mes mains dans les cheveux de ce type. Et à part avec la chirurgie ou le faux bronzage qu'on m'a fait il y a deux jour pour le travail, il y a très peu de choses que l'on peut faire pour transformer notre apparence, et notre apparence, bien que superficielle et immuable, a un impact énorme sur nos vies.

C'est pourquoi aujourd'hui, pour moi, avoir du courage, c'est être honnête Et je suis sur cette scène parce que je suis mannequin. Je suis sur cette scène parce que je suis une jolie femme blanche et dans mon travail on appelle ça une fille sexy. Je vais répondre aux questions que les gens me posent toujours mais avec franchise.

Première question : Comment êtes-vous devenue mannequin ? Et je réponds toujours, "j'ai été repérée", mais cela ne veut rien dire. En fait, je suis devenue mannequin en gagnant à la loterie génétique, j'ai reçu un héritage, vous vous demandez sans doute de quel héritage il s'agit. Au cours des derniers siècles, la beauté n'a pas été définie uniquement en termes de jeunesse, de bonne santé et de symétrie que nous sommes biologiquement programmés pour admirer, mais aussi de grande taille, de silhouettes longilignes, de féminité et de peau blanche. Cet héritage a été fait pour moi et j'en ai tiré profit. Je sais que certains parmi vous sont sceptiques en ce moment et il peut y avoir des fashionistas qui se disent "Attends. Naomi. Tyra. Joan Smalls. Liu Wen." Et je tiens à vous féliciter pour votre connaissance des mannequins. Vraiment impressionnant. (Rires) Je dois malheureusement vous informer qu'en 2007, un étudiant doctorant de l'université de New York très inspiré a recensé tous les mannequins qui ont défilé sur un podium, et des 677 modèles qui ont été engagés, seuls 27, ou moins de 4%, n'étaient pas blancs. 

La question suivante que l'on me pose toujours : "Pourrai-je devenir mannequin quand je serai grande ?" Et ma réponse habituelle: "Je ne sais pas, je ne suis pas responsable du recrutement." Mais la véritable réponse, ce je tiens à dire à ces petites filles, c'est : "Pourquoi ? Tu sais ? Tu pourrais devenir n'importe quoi. Tu pourrais être le Président des Etats Unis, ou l'inventeur du prochain internet, ou un poète chirurgien cardiologue et ninja, ce qui serait génial car tu serais le premier du genre." (Rires) Si, après cette longue liste, elles y tiennent toujours "Non, non, Cameron, je veux devenir mannequin," alors je dirais "Sois mon patron." Parce que je ne contrôle rien, et toi tu pourrais être le rédacteur en chef du Vogue Américain ou le PDG de H&M, ou le prochain Steven Meisel. Dire que tu veux être mannequin quand tu seras grande revient à dire que tu veux gagner au loto quand tu seras grande. Tu n'as aucun contrôle, et c'est génial mais ce n'est pas une carrière. Je vais vous présenter 10 ans de savoir de mannequin accumulé, parce que contrairement aux chirurgiens cardiologues, on peut le distiller dans l'instant. Donc si le photographe est ici et que l'éclairage est par là, comme une belle interface et que le client dit : "Cameron nous voulons une photo quand tu marches' et bien, cette jambe en avant, belle et longue, ce bras en arrière et celui-là devant, la tête de trois quarts et vous faites simplement des allers-retours, c'est tout, et pensez à vos amis imaginaires derrière vous, 300, 400, 500 fois. (Rires) Ça ressemblera à ça. (Rires) Espérons moins bizarre que l'image du milieu. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé cette fois-là. 

Malheureusement après être allée à l'école, avoir rédigé son CV et avoir fait quelques jobs, vous ne pouvez rien dire de plus et si vous voulez devenir Président des Etats Unis, mais que votre CV affiche : "Mannequin pour sous-vêtements : 10 ans" on va vous regarder bizarrement.

La question suivante qu'on me pose toujours : "Est-ce que toutes les photos sont retouchées ?" Et oui, presque toutes les photos sont retouchées, mais cela n'est qu'un tout petit élément de ce qui se passe. Voici la toute première photo pour laquelle j'ai posé, c'était aussi la première fois que je portais un bikini, et je n'avais même pas encore mes règles. Je sais que j'entre dans des détails personnels mais j'étais une jeune fille. Voici de quoi j'avais l'air aux côtés de ma grand-mère quelques mois plus tôt.. Et me revoici le jour de la séance photo. Mon amie m'avait accompagné. Me voici à une soirée entre copines quelques jours avant la séance pour Vogue France. C'est moi avec l'équipe de football et dans le Magazine V. Et me voici aujoud'hui. J'espère que ce que vous voyez, c'est que ces photos ne sont pas des images de moi. Ce sont des montages et ces montages sont effectués par un groupe de professionnels, par des coiffeurs, des maquilleurs, des photographes et des stylistes plus tous leurs assistants, la pré-production, la post-production et ils réalisent ça. Ce n'est pas moi.

La questions suivante que l'on me pose toujours : "On vous donne des trucs gratuits ?" J'ai bien trop de chaussures avec des talons de 20 cm que je ne porte jamais, sauf tout à l'heure au début de ma présentation, mais les trucs gratuits qu'on me donne sont les trucs que j'ai dans ma vie réelle et c'est ce dont nous n'aimons pas trop parler. J'ai grandi à Cambridge, une fois, je suis allée dans un magasin, j'avais oublié mon argent et ils m'ont offert la robe gratuitement. Quand j'étais adolescente, j'étais en voiture avec un amie qui conduisait très mal et elle a brûlé un feu rouge, nous avons été arrêtées et tout ce que j'ai eu à faire c'est dire "Désolée monsieur l'agent" pour pouvoir repartir. Je reçois ces cadeaux du fait de mon apparence, pas pour qui je suis et des gens sont prêts à payer pour leur look et pas pour qui ils sont. Je vis à New York et, l'an dernier, parmi les 140 000 adolescents arrêtés et fouillés, 86 % étaient noirs ou Latinos, la plupart étaient de jeunes hommes. A New York, il n'y a que 177 000 noirs et Latinos au total, donc pour eux, la question n'est pas de savoir s'il seront arrêtés mais combien de fois ils seront arrêtés et quand. Quand je préparais ce sujet, J'ai découvert que 53 % des jeunes filles de 13 ans aux Etats Unis n'aiment pas leur corps, et ce chiffre atteint les 78 % quand elles ont 17 ans.

La dernière question qu'on me pose est donc : "Ça fait quoi d'être mannequin?" Je pense que ce qu'ils aimeraient entendre c'est : "Si tu maigris un peu et que tes cheveux sont plus brillants, tu seras heureux et auras une vie fabuleuse." Et quand nous sommes en coulisses, nous donnons une réponse qui ressemble un peu plus à ça : "C'est vraiment génial de voyager, de travailler avec des personnes créatives, inspirées et passionnées." Et tout ça est vrai, mais ce n'est que la moitié de l'histoire parce que ce que nous ne disons jamais face à la caméra, que je n'ai jamais dite face à la caméra, c'est que "je n'ai pas confiance en moi." Parce que je dois penser à mon image tous les jours. Et si vous vous demandez si vous seriez plus heureux plus mince et avec des cheveux plus brillants, vous devriez rencontrer un groupe de mannequins, puisqu'elles sont les cuisses les plus minces, les cheveux les plus brillants et portent les vêtements les plus cools et elles sont probablement les femmes les plus préoccupées par leur physique de la planète.

J'ai trouvé très difficile d'écrire cet exposé pour trouver un juste équilibre, parce que d'un côté, j'étais très mal à l'aise de venir dire "Si j'ai eu tout ça c'est parce que j'ai tiré les bonnes cartes," et de continuer en disant "que ça ne me rend pas toujours heureuse." Mais ce fut surtout difficile de décortiquer un héritage de genre et d'oppression raciale quand j'en suis une des plus grandes bénéficiaires. Ceci dit, je suis heureuse et honorée d'être ici et d'avoir eu la parole avant d'avoir 10, 20 ou 30 ans de carrière dans le domaine parce qu'alors je ne vous aurais probablement pas raconté comment j'ai décroché mon premier job, ou comment j'ai payé mes études, alors que ça me semble si important maintenant. 

Si vous devez retenir quelque chose de mon exposé, j'espère que ce sera que nous nous sentons tous plus à l'aise en reconnaissant le pouvoir de l'image dans la perception de nos réussites comme dans celles de nos échecs.

Merci. (Applaudissements) 


À regarder ensuite


>